LES ALLURES DU CHIEN

DEFINITION DES ALLURES
Ce sont les différentes vitesses et formes de déplacement. Ex : le pas, le trot, le galop. Parce que c’est surtout le cheval qui a fait l’objet des premières recherches, les allures du chien (ainsi que beaucoup de termes décrivant sa morphologie) sont décrites par le vocabulaire hippologique.
Une allure correspond à une séquence répétée de cycles comprenant un déplacement de chaque membre.
Un cycle est constitué d’un certain nombre de phases caractérisées par les membres qui sont en contact avec le sol ; dans les allures sautées, il y a en outre, une ou deux phases où l’animal est en suspension, aucun membre ne touchant le sol.
L’espace parcouru au cours du cycle est appelé l’ENJAMBEE. (Dénommée pas en hippologie) : c’est la distance séparant deux empreintes consécutives du même pied, chaque pied ayant accompli une fois son mouvement.
Chaque mouvement est successivement au SOUTIEN, au POSER, à l’APPUI puis au LEVER.


Au soutien , le membre n’est pas en contact avec le sol.
Au poser, il prend contact avec le sol et est oblique en bas et en avant.
A l’appui, il est vertical et joue son rôle d’amortisseur.

Lors du lever, il fournit l’impulsion et est oblique en bas et en arrière. La PISTE est constituée d’une succession de traces laissées par les pieds sur un sol meuble (foulées en hippologie).
Elle peut être simple lorsque les empreintes des postérieurs se superposent à celles des antérieurs : l’animal se juge, se couvre ou encore se piste.
S’il n’y a pas superposition des traces, la piste est double .
deux possibilités :
a) Les postérieurs s’engagent et posent en avant des empreintes laissées par les antérieurs, par exemple lorsque la vitesse augmente (ou que les angulations sont trop marquées : l’animal se méjuge, se mécouvre ou se mépiste et l’allure est allongée.
b) Les postérieurs se posent en arrière des empreintes laissées par les antérieurs par exemple si l’animal ralentit ou manque d’impulsion (manque de musculature ou d’angulation) . l’animal se déjuge, se découvre ou se dépiste et l’allure est raccourcie.

La BATTUE est le bruit provoqué par le poser du pied sur le sol lorsque celui-ci est suffisamment dur. SIMPLE lorsqu’un seul pied est concerné (pas) ou DOUBLE si deux pieds frappent le sol en même temps (trot, amble).

En fonction du nombre de battues, les allures peuvent être à deux temps (trot, amble), à trois temps (canter) ou à quatre temps (pas, galop à double suspension).

Une allure est dite MARCHEE (pas, amble) lorsqu’il y a toujours au moins un membre en contact avec le sol. Elle est dite SAUTEE (galop) lorsqu’il y a une phase pendant laquelle aucun des membres n’est à l’appui ; c’est une période de suspension.

Une allure est dite LATERALE lorsque deux membres du même côté sont en mouvement en même temps (dans l‘amble, l’antérieur droit est associé avec le postérieur droit) ; elle est dite DIAGONALE lorsque deux membres sont associés en diagonale (dans le trot, l’antérieur droit est associé au postérieur gauche).
Une allure est dite SYMETRIQUE (pas, trot, amble) lorsque les membres gauches reproduisent les mouvements des membres droits, un demi-cycle plus tard ; à l’inverse, elle est ASYMETRIQUE (canter, galop à quatre temps, galop à double suspension) et il faut préciser si elle est effectuée à gauche ou à droite.
A une allure donnée, la VITESSE est fonction du nombre de cycle par unité de temps et de la longueur de l’enjambée. Quelles que soient l’allure et la vitesse du chien, la durée du soutien d’un membre est presque constante et vaut 0,32 sec. Au fur et à mesure que la vitesse augmente, c’est la durée du contact du membre avec le sol (poser, appui, lever) qui diminue (chez le lévrier au galop à double suspension, elle est inférieure à 0,1 sec.)
Pour une vitesse et une morphologie données, il existe une allure idéale qui correspond à la plus faible consommation d’énergie. Sauf dressage particulier, l’animal effectue d’instinct une TRANSITION à l’allure qui le fatigue au minimum.

Les allures habituelles du chien sont les suivantes :

- La plus lente est le pas ou le pas amblé (grandes races) ou le pas trotté (plus rare). Pour accélérer, il passera au trop ou à l’amble.
L’allure la plus rapide est le galop ; la morphologie du chien et la vitesse adoptée déterminent le type de galop : canter, galop à quatre temps ou galop à double suspension.

1) LE PAS

Le cycle comprend 8 phases durant lesquelles deux ou trois membres sont à l’appui en même temps.
C’est une allure marchée, symétrique, à quatre temps dans laquelle chaque membre se met en mouvement l’un après l’autre.
L’intervalle de temps qui sépare le poser des différents membres est à peu près identique.

Dans le pas ordinaire, à certaines phases, les membres diagonaux se déplacent en avant en même temps ; à d’autres phases, ce sont les membres latéraux qui bougent. C’est une allure lente mais c’est aussi la moins fatigante ; caractérisée par l’équilibre et la stabilité, surtout dans le raccourci. Plus la vitesse du pas augmente, plus la stabilité latérale diminue. C’est surtout le cas chez les chiens à poitrail large (Bulldog). On observe alors des mouvements de roulis de plus en plus prononcés. Le membre qui est choisi pour entamer le cycle du pas dépend de la posture au démarrage. Habituellement, il s’agit d’un antérieur.

Comme VARIATIONS, on distingue :
- le pas raccourci
- le pas ordinaire
- le pas allongé.

Dans le PAS RACCOURCI, le chien se déjuge. C’est l’allure du chien attelé qui tracte (short stepping walk ou slow stepping walk en anglais).

Dans le PAS ORDINAIRE, le chien se juge ; c’est la variation observée chez la plupart des races.
Dans le PAS ALLONGE, le chien se méjuge sauf s’il s’agit de sujets au corps long ou aux membres proportionnellement courts. Il est parfois pratiqué par le Berger Allemand et par les races à forte angulation des membres.

2) LE PAS AMBLE (Pace Like Walk)

Identique au pas sauf que les deux phases d’appui d’un bipède diagonal sont remplacées par des phases d’appui quatripédal.

Le cycle comprend huit phases durant lesquelles deux, trois ou quatre membres sont à l’appui en même temps.
Le pas amblé est utilisé à la place du pas chez les chiens dont les membres sont proportionnellement longs (Dogues Allemands, Salukis, etc…)

3) LE PAS TROTTE (Trot Like Walk)

Comme le pas sauf que les deux phases d’appui d’un bipède latéral sont remplacées par des phases d’appui quatripédal.
Le cycle comprend huit phases d’appui durant lesquelles deux, trois ou quatre membres sont à l’appui en même temps.
r> Rarement utilisé chez le chien sauf chez les races aux membres proportionnellement courts (bulldogs, Chihuahua, etc…) Parfois imposé dans les rings d’expositions par l’exiguïté du ring.

4) LE TROT

C’est une allure symétrique à deux temps dans laquelle les membres sont associés par bipèdes diagonaux.
Le cycle comprend deux phases.
Pour assurer un appui permanent, l’antérieur commence le mouvement avec une très légère avance par rapport au postérieur apposé auquel il est associé. Cela évite que le postérieur du même côté, qui est sur le point de poser, ne vienne le toucher risquant ainsi de le blesser.
Cette particularité est importante pour les chiens à corps courts.
Un bon trotteur doit en effet avoir un corps long et des membres de même longueur ; les postérieurs peuvent ainsi s’engager loin en avant sans toucher les antérieurs.
Le trot est une allure très stable et moins fatigante que le canter tout en permettant une vitesse quasi égale. Il convient aux déplacements de longue durée ou sur terrain accidenté. Le rachis ne présente pas ou peu de mouvements de flexion et d’extension (ligne du dos droite).

Les VARIATIONS sont :
- le trot raccourci
- le trot ordinaire
- le flying trot

Dans le TROT RACCOURCI, le chien se déjuge.
Dans le TROT ORDINAIRE, le chien se juge ; c’est la variation observée dans la plupart des races. C’est l’allure demandée en exposition car considérée comme la plus adéquate pour juger les défauts et les qualités.
Le FLYING TROT ou TROT ALLONGE, est une allure rapide comprenant deux phases de suspension et dans laquelle le chien se méjuge. (Caractéristique chez le Berger Allemand).


5) L’AMBLE

C’ est une allure symétrique à deux temps dans laquelle les membres sont associés par bipèdes latéraux.
C’est une allure innée chez certains sujets (Bobtail, Chameau, Lama, Ours) qui doit être apprise chez d’autres.
Le cycle comprend deux phases.

L’amble permet d’atteindre une vitesse intermédiaire, peut-être un peu plus rapide que le trot. Comme lui, c’est une allure peu fatigante mais moins stable. Le poids du corps est supporté en alternance par les membres gauches puis droits générant ainsi des mouvements de roulis. L’amble est plutôt adapté à un sol plat.
Certains chiens en mauvaise condition ou obèses se mettent facilement à l’amble. Il en est de même pour un chien fatigué qui a longtemps trotté. Les chiots amblent avant de commencer à trotter.

Les VARIATIONS sont :
- l’amble marché
- l’amble ordinaire
- l’amble sauté
- l’amble rompu.

Dans l’AMBLE MARCHE (Show Pace), les quatre membres viennent simultanément en contact avec le sol entre les phases d’appui des bipèdes latéraux.

L’AMBLE SAUTE (Fast Pace ou Flying Pace) comprend une phase de suspension après chacune des phases d’appui des bipèdes latéraux.
L’AMBLE ROMPU est observée chez certaines races bergères comme le Bobtail.
C’est une allure à quatre temps où le poser du postérieur se fait un peu avant le poser de l’antérieur du bipède latéral associé.

6) LE CANTER

Le canter, ou galop à trois temps (Sustained Gallop) est une allure asymétrique, à trois temps dans laquelle deux membres sont associés en bipède diagonal tandis que les deux autres ne le sont pas. C’est un troisième type de galop du chien.
Le canter est dit à gauche lorsque c’est le bipède diagonal gauche qui est dissocié, c’est-à-dire lorsque l’antérieur droit et le postérieur gauche posent en même temps.
Le canter est dit à droite lorsque c’est le bipède diagonal droit qui est dissocié, c’est-à-dire lorsque l’antérieur gauche et le postérieur droit posent en même temps.
Le membre « meneur » (Leading Leg) est l’antérieur qui ne fait pas partie du bipède diagonal associé. C’est celui qui pose en second et qui est le dernier à quitter le sol avant la phase de suspension si elle est présente. Dans certains cas, on observe que la phase où le bipède diagonal dissocié est à l’appui est remplacée par une phase de suspension. Le membre sur lequel le chien galope supporte le poids du corps plus longtemps que les autres. Le membre postérieur opposé imprime une forte impulsion à la masse du corps. En conséquence, le bipède diagonal dissocié, c’est-à-dire dont l’antérieur est meneur, est plus sollicité que le bipède diagonal associé. Cela amène l’animal à changer fréquemment de pied afin de mieux répartir ses efforts. Pour prendre un virage, le chien doit galoper « juste », c’est-à-dire du côté où il tourne. S’il galope du côté opposé, on dit qu’il « galope à faux » et il risque de trébucher. Le membre meneur est parfois appelé membre intérieur (à l’intérieur du cercle que l’animal décrit en tournant).
e canter est plus rapide que le trot et plus lent que les deux autres types de galop observés chez le chien. Il est moins fatigant, adapté aux terrains accidentés et fournit un support stable. Ainsi, il peut être soutenu plus longtemps ; parfois plusieurs heures. On l’observe notamment chez les chiens de traîneaux. L’avant-main et l’arrière-main présentent alternativement des mouvements verticaux, ce qui génère un mouvement de bascule. Le centre de gravité du corps est cependant relativement fixe.

7) LE GALOP A QUATRE TEMPS (Normal Gallop, Diagonal Gallop, Transverse Gallop ou Single Suspension Gallop).

C’est une allure sautée, asymétrique et à quatre temps. Comme dans le canter, le chien peut galoper à gauche ou à droite et le membre meneur est le dernier à quitter le sol avant la phase de suspension.
Le cycle est composé de six phases.
Comme dans le canter, les virages se font sur le membre meneur ; celui-ci supporte le poids du corps pendant un tiers de la durée du cycle ; le nombre meneur et le postérieur opposé sont les membres les plus sollicités. Le galop à quatre temps est plus rapide que le canter mais il ne peut être maintenu longtemps. Les enjambées peuvent être deux fois plus grandes qu’au canter parce que la durée du contact des membres avec le sol est plus petite et que l’engagement des postérieurs est très important.
Cette allure est la plus rapide pour les chiens lourds et ceux dont le rachis est rigide.

8) LE GALOP A DOUBLE SUSPENSION (Double Suspension Gallop, Rotary Gallop ou Leaping Gallop).

C’est une allure sautée, asymétrique et à quatre temps. Comme dans tous les galops, le chien peut l’effectuer à gauche ou à droite.
Le cycle comprend huit phases.
Lors de l’appui des postérieurs, ceux-ci lancent vivement le corps en avant, aidés par la musculature du tronc. Comme dans les autres galops, les virages ne peuvent se faire que du côté du membre meneur. Trois groupes de muscles sont sollicités dans cette allure :
- ceux du dos
- ceux de la croupe
- ceux de l’épaule.

C’est l’allure du chien qui est la plus rapide mais elle est très fatigante et ne peut être maintenue longtemps, l’endurance étant sacrifiée aux dépens de la vitesse. Seuls les sujets présentant une flexibilité suffisante du rachis peuvent produire le galop à double suspension. Il s’agit essentiellement des Lévriers mais aussi du Doberman, du Basenji, de certains Pointers, du Corgi, des Teckels etc… Bibliographie Société Francophone de Cynotechnie. Morphologie.